Au fil de mes lectures

Nord et Sud – Elizabeth Gaskell

Gaskell« Edith ! murmura Margaret, Edith ! » Mais, ainsi que s’en doutait Margaret, Edith s’était endormie. Pelotonnée sur le sofa dans le petit salon de Harley Street, elle offrait un charmant spectacle avec sa robe de mousseline blanche et ses rubans bleus. Si Titiana avait jamais été vêtue de mousseline blanche avec des rubans bleus et s’était endormie sur un sofa de damas rouge, on aurait pu confondre Edith avec elle. »

Bon, mes fidèles petites souris, tout d’abord pardon de vous avoir délaissées si longtemps ! Notre WE pascal fut alsacien, paisible, reposant, et loin de TOUT écran ! Le bonheur.

Alors, Nord et Sud… Par où commencer ?

Ce roman me suit depuis longtemps : depuis que j’ai découvert Jane Austen, en fait, et que l’on m’a parlé de Gaskell comme de l’Austen de la période victorienne. Mais je n’avais jamais franchi le pas, et je regardais Cranford et Nord et Sud de loin, sans me laisser convaincre. Et puis, il y a quelques temps, a commencé une relation épistolaire très particulière et agréable avec une charmante souris future maman, obligée de rester allongée, avec qui nous avons échangé lettres et piles de livres. C’est à elle que je dois L’ivresse du kangourou, Les gens sont les gens, Lady Susan (que j’ai relu avec énormément de plaisir), et enfin Nord et Sud.

L’histoire : Margaret Hale, fille de pasteur, voit sa vie bouleversée le jour où son père lui annonce qu’il doit quitter sa paroisse du Sud de l’Angleterre pour partir dans une ville industrielle du Nord. Pour la jeune femme, il s’agit d’un vrai déracinement et d’un exil forcé et contraint qu’elle aura du mal à accepter, car elle le voit comme une déchéance sociale. Elle rencontrera à Milton John Thornton, arrogant propriétaire d’une immense usine, qu’elle affronte au nom du bien-être et des conditions de travail de ses ouvriers.

J’avais donc ouvert le roman avec énormément d’impatience et d’enthousiasme mais… Patatras ! Quelle déception ! Un rythme trop lent, des personnages convenus, une histoire et une conclusion attendues… J’ai vraiment mis beaucoup, beaucoup de temps à le lire (enfin, 3 jours, mais un roman comme ça, d’habitude en quelques heures il est fini !) et avais vraiment du mal à entrer pleinement dedans ! Et pourtant, ce n’était pas par manque de bonne volonté.

Le roman s’accélère un peu à la fin, avec une ultime péripétie assez prévisible qui permet de conclure l’histoire sur une fin heureuse, mais décidément, cette lecture fut une grande déception. Sans doute allez-vous me trouver trop dure, mais pour moi il s’agit moins d’une Jane Austen victorienne que d’une Barbara Cartland améliorée : la pauvre héroïne et sa riche famille, le riche propriétaire arrogant cachant un coeur tendre, les pauvres ouvriers méritants, etc…

L’avez-vous lu ? Est-ce moi qui n’ai rien compris ? J’attends vraiment vos commentaires avec impatience !

Anne Souris

19 commentaires sur “Nord et Sud – Elizabeth Gaskell

  1. Ooooooh quel dommage… j’ai d’abord vu la mini-série de la BBC, excellente, et puis j’ai lu le livre, qui m’a captivée et touchée de bout et en bout. C’est Jane Austen avec un regard, une acuité sociale digne de Zola, pour moi. Quand même, c’est un grand roman, à mon goût, mais je reconnais que je manque complètement d’objectivité…

    1. Mais ça ne m’étonne pas du tout, j’ai entendu tellement de louanges sur ce roman !!! J’ai moi aussi commencé la série de la BBC, et elle me plaît beaucoup : un moyen de revenir vers le livre ? 😉
      En fervente admiratrice de Zola, je dois quand même avouer que je ne suis pas d’accord avec toi pour la comparaison : on est très loin du réalisme social de Zola, et la critique des conditions de travail des ouvriers est beaucoup plus légère (mièvre ?), moins radicale que dans Germinal par exemple, ou même Au Bonheur des Dames, non ?

      1. Oui, bien sûr, Zola est plus crû (pas naturaliste pour rien) mais Gaskell ose montrer les choses, n’oublions pas qu’en plus une femme qui ose ça, ce n’est pas banal pour l’époque. J’adore la série, je suis fan de Richard Armitage, maintenant !!

        1. Oui, moi aussi je l’aime beaucoup !! 😉 Quant à Gaskell, c’est vrai que pour une femme, à cette époque, elle fait preuve de beaucoup de réalisme. Il va vraiment falloir que je relise ce roman après avoir vu la série… Peut-être que le visage d’Armitage réussira à me convaincre !

        2. Anne, je vais le dire à la korrigane pour Armitage !!! Tu sais que le DVD attend chez moi, je suis en panne de DVD !:( Mais je sais que je vais être séduite ! En revanche, j’ai commencé le roman et moi aussi je l’ai trouvé lent, j’ai mis de côté pour le moment !!!

          1. Qui est la korrigane ?! Regarde vite le DVD dès que tu le pourras, l’adaptation est vraiment excellente, et insuffle un rythme que je n’avais pas trouvé dans le roman…

            1. Et au fait, la Korrigane est au courant depuis longtemps pour Armi, c’est elle qui m’a prêté les DVD en premier (depuis je me les repasse en boucle) (ou presque) (je suis tombée dans la marmite Downton Abbey maintenant)

                1. Ha la la si tu avais connu les délires de la Korrigane, elle est en pause mais tu peux la lire a eden6804.blogspot.fr ! On n’a pas perdu le contact et on sait qu’elle reviendra a temps plein un jour ou l’autre. 🙂 On ne l’oublie pas !

          2. M’enfin, Aspho, tu ne peux pas lire tes DVD sur ton ordi ?? C’est pas encore arrivé jusqu’en Vendée, ces innovations technologiques que même les moinillons connaissent ??

              1. Ha c’est complique depuis janvier : mon ordi portable est HS (vive les joies du SAV), mon ordi fixe est treees vieux et ne lit plus les jeunes DVD et le lecteur DVD (un peu poussif) devrait remarcher la semaine prochaine (le bonheur d’attendre un reparateur qui ne vient pas !). Voilà vous savez tout petites curieuses !!! 😆 Pas facile la vie a la campagne ! Pas toujours ! Surtout avec les orages qui ne previennent pas !!!

  2. Je comprends votre réaction : les descriptions sont développées… Il faut vraiment se plonger dans les personnages pour en comprendre le sens. J’ai mis plusieurs jours également, mais il est vrai que cette dimension parente à celle de Zola amène une autre manière de découvrir une angleterre du Nord… Il est évident que cet aspect est omniprésent, et que le jeu des sentiments n’apparaît qu’en filligrane… Un ouvrage à part de l’auteur ! Je me renseigne pour visionner la série !

  3. Oh ! Anne Souris ! tu as le droit de ne pas avoir aimé ! Moi… j’ai adoré ! je fais partie de celles qui le liront certainement une deuxième fois.
    Quant à la série de la BBC, elle est à voir ! même si je lui préfère le livre. (Il y a l’Armichou d’Edith-Guilan la Korrigane !)

    1. J’ai terminé la série BBC cette semaine, et elle m’a donné envie de relire le livre ! La cause n’est donc peut-être pas complètement perdue…

Votre avis est précieux !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s