Au fil de mes lectures

Totto-Chan : la petite fille à la fenêtre – Tetsuko Kuroyanagi

tottochan« Elles descendirent à la gare de Jiyû-ga-oka, sur la ligne Ôimachi : la mère prit Totto-Chan par la main pour franchir le poste de collecte des billets. Mais la fillette, qui n’avait pas l’habitude de prendre le train, n’eut aucune envie de se séparer du précieux ticket qu’elle serrait bien fort entre ses doigts. »

Mes patientes p’tites souris, pardon pour ce long silence, et cette semaine sans aucun article ! Pour me faire pardonner, je vais vous parler aujourd’hui d’un charmant petit livre, d’un condensé de bonne humeur, de l’histoire vraie d’une toute petite fille joueuse, rêveuse, tendre et espiègle : Totto-chan.

A Tokyo, juste avant la Seconde guerre mondiale, Totto-Chan vient de se faire renvoyer de son école. Ranger toutes ses affaires dans son pupitre pour avoir le plaisir de l’ouvrir à chaque fois qu’il faut sortir un crayon, ça n’a pas plus à la maîtresse… Se poster à la fenêtre pour guetter les musiciens de rue et leur demander de jouer, ça n’a pas plu à la maîtresse… Parler aux hirondelles qui font leur nid, ça n’a pas plus à la maîtresse… Dessiner le drapeau japonais en dépassant de la feuille et continuer sur le pupitre, ça n’a pas plu à la maîtresse…

Pauvre Totto-Chan ! Heureusement pour elle, ses parents vont l’inscrire dans la merveilleuse, la fantastique école Tomoe, dirigée par l’extraordinaire (vraiment extra-ordinaire) monsieur Kobayashi : les salles de classe sont des anciens wagons de train, au déjeuner les élèves doivent apporter « quelque chose de la mer et quelque chose de la montagne », ils ont chacun un arbre dans lequel ils sont les seuls à avoir le droit de grimper et d’inviter leurs amis, et la classe s’interrompt parfois pour aller planter des radis dans un champ tout proche, pour aller au temple des Neuf Bouddhas ou se baigner, tout simplement.

Moi qui ai toujours eu du mal avec le système scolaire français dans lequel on demande à des enfants de 3 ans d’être autonomes, concentrés et « formatés » dès le plus jeune âge, je me suis plongée avec ravissement dans ce récit d’enfance, dans la description de cette école fantastique dans laquelle les enfants sont mis à la première place, et leurs différences considérées comme des richesses.

totto-chan2
Dessin de Chihiro Iwasaki

La petite Totto-Chan a grandi et, devenue célèbre, elle s’occupe maintenant du sort des enfants les plus pauvres, via l’Unicef. De cette enfance choyée, de cette école si particulière, elle a retenu une leçon primordiale : toujours placer les autres à la première place, et leur accorder une attention particulière car toute personne recèle un trésor qui peut enrichir le monde.

Vite, mes p’tites souris, vite, faites la connaissance de Totto-Chan, cette si mignonne toute petite fille, et ses interrogations et découvertes sur le monde qui l’entoure.

Anne Souris

9 commentaires sur “Totto-Chan : la petite fille à la fenêtre – Tetsuko Kuroyanagi

  1. Voilà un article rare sur ce livre. L’auteur a publié ce titre dans les années 80 et est une des rares auteures japonaises à être connue au-delà des frontières… L’instituteur fondateur de ce train école a été celui qui a introduit la méthode Dalcroze. On sent dans le récit le bonheur des enfants, l’élargissement des limites éducatives pour mieux dessiner l’épanouissement des enfants… C’est un livre très intéressant et je le recommande !
    Pour prolonger sur le thème de la littérature japonaise, je fais partager mon coup de coeur sur la série des albums pour enfants « Akiko », éditons Picquier jeunesse, série de petits contes zens illustrés par Antoine Guillopé (que j’adore!). Curieuse, rêveuse, amoureuse, cette petite fille va aller au-delà des convenances pour accéder à un univers merveilleux, en toute liberté… Des contes qui s’adressent aux petits comme aux grands ! Noëlle

    1. J’ai eu un vrai coup de coeur pour ce livre, et ai découvert par la même occasion cette fameuse méthode Dalcroze ! Quant à Akiko, merci pour cette recommandations, je vais aller voir cela de plus près !!

  2. Je le note ! Si un jour je vais à la médiathèque la plus proche (tu vas finir par croire que je vis dans une grotte) (ce qui n’est pas loin)^^ !
    Je connais la méthode Montessori que j’ai expérimentée pour mon fils mais qui, en plus d’être onéreuse, s’arrête à 10 ans en France… C’est bien de connaître ces méthodes quand on a tout essayé !!! 😉

    1. C’est drôle, en lisant Totto-Chan, j’ai immédiatement pensé au système Montessori aussi ! J’avais effectuée un remplacement pendant quelques mois dans une école Montessori, et la pédagogie m’avait énormément plu. Mais ces établissements ne sont pas forcément près, ce qui complique le quotidien…

  3. Sounds interesting!
    Je confirme pour Akiko, ce sont vraiment de superbes albums, pleins de poésie et de douceur.

Votre avis est précieux !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s