Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Mesdames et Mesdemoiselles (Messieurs, veuillez accepter mes plus plates excuses, je vous retrouverai avec plaisir une prochaine fois), cet article sera consacré à un auteur que je souhaite vous faire découvrir depuis quelques mois déjà :

Gwenaële Barussaud-Robert.

GBR

Si vous avez des filles de 7 à 18 ans, ce nom résonne sans doute familièrement à vos oreilles, Gwenaële Barussaud ayant acquis une renommée certaine et amplement méritée ces dernières années dans le domaine de la littérature jeunesse.

Ses romans tournent autour de la vie et des aventures de petites et jeunes filles au caractère bien trempé, volontaires, décidées qui affrontent leur destin avec courage et optimisme et qui transportent nos jeunes lectrices du Premier Empire au Paris de la Belle Epoque, en plein cœur du XIXe siècle.

Le style absolument enchanteur de l’auteur, qui permet à nos enfants de lire un français châtié parfait, son sens de l’intrigue et des rebondissements font de chacun de ses romans de vraies pépites que ses lectrices attendent avec impatience et dévorent sitôt reçus !

CélestineLes plus petites d’entre elles (dès le CE1) découvriront cet auteur génial avec les charmantes aventures de Célestine, « le meilleur livre qui existe ! » d’après ma fille de 6 ans ½, enthousiasmée : à l’aube du XXe siècle, Célestine Legrain, petite jeune fille de 11 ans, va quitter la blanchisserie de sa mère pour tenter sa chance en tant que petit rat de l’Opéra, à Paris. Bien évidemment, s’ensuivront une foule d’aventures et mésaventures en compagnie de ses amies… Et malgré les machinations fourbes de petites pestes, tout se terminera pour le mieux !

DashwoodNos jeunes lectrices poursuivront ensuite, en CE2-CM1, avec les péripéties de Miss Dashwood, jeune nurse anglaise confrontée aux terribles manières des rejetons de la famille Grandville. Et sous leurs airs d’enfants modèles, ces derniers ont en réserve toute une série de farces et mauvais coups pour en faire voir de toutes les couleurs à leur pauvre gouvernante… qui devra dans les tomes 2 et 3 s’occuper ensuite respectivement de la fille hypocondriaque d’un duc puis du fils de Napoléon III lui-même ! Mais rien n’effraie cette Super Nanny en crinoline, dont le flegme britannique viendra à bout des pires inventions de ces horribles garnements.

Lumières de ParisEt à partir de 10 ans, arrivent entre les mains des plus grandes lectrices les trépidantes aventures d’héroïnes admirables, fortes, courageuses. Que ce soit la série des Demoiselles de l’Empire, celle des Lumières de Paris, les Aventurières du Nouveau Monde ou encore la toute dernière en date, Léo (le second tome sort cet été et je dois vous avouer en trépigner d’avance !), toutes font rêver, palpiter, frissonner, se réjouir à chaque chapitre, chaque page, chaque phrase !

GBR2Enfin, ne manquait plus au palmarès de Gwenaële Barussaud que de conquérir le cœur de Mamans comme elle l’avait fait avec celui de leurs filles. C’est chose faite, depuis l’été dernier, avec son excellent « Tu seras ma beauté », paru sous le nom de Gwenaële Robert. « Tu seras ma beauté » … Vers extrait de la célèbre pièce de Rostand, Cyrano de Bergerac :

« Tu marcheras, j’irai dans l’ombre à ton côté :

Je serai ton esprit, tu seras ma beauté. »

Comme Cyrano et Christian, Lisa et Irène font le pacte d’unir leurs avantages : à l’une la beauté, à l’autre l’esprit. Mais, comme dans toute tragédie qui se respecte, la fin n’est jamais conforme aux attentes du monde moderne. La passion et la fidélité s’affrontent, le devoir et le rêve s’opposent dans un roman prenant, haletant jusqu’à la dernière page.

Il serait cependant réducteur de ne voir dans ce roman qu’un Cyrano des temps modernes. Certes, la trame est fidèle, certes l’histoire en est un écho moderne mais au-delà de Rostand, c’est tout le génie du XIXe que le lecteur retrouve sous la plume de Gwenaële Barussaud. A ses côtés, c’est aussi Flaubert et Madame Bovary ou encore Balzac et sa Femme de Trente Ans que l’on retrouve. Et l’on sent à chaque instant toute la passion de l’auteur pour ces chefs-d’œuvre classiques, tout ce que sa plume doit à ces monstres sacrés qu’elle rejoindra – nul doute – au panthéon des grands auteurs français.

Bonnes lectures !

Anne Souris