Au fil de mes lectures

La librairie de Téhéran – Marjan Kamali

Un roman dont la couverture m’avait tapé dans l’oeil et le résumé bien tentée.

J’avais adoré l’atmosphère de « Une pincée de terre et de mer » de Dina Nayeri et j’espérais retrouver cette ambiance, ces parfums, cette période de l’histoire de l’Iran.

Je n’ai pas été déçue de ma lecture : dès les premières pages, Roya nous intrigue, par cette fêlure qu’on sent en elle et qu’elle tente de couvrir d’un voile pudique.

Marjan Kamali nous plonge dans l’enchevêtrement des histoires croisées de Roya et Bahman, de M. Fakhri et d’une petite vendeuse de melons. Des fils qui s’emmêlent au cours de plusieurs décennies pour former la trame d’une tragédie qui mettra plus d’un demi-siècle à se démêler.
De l’Iran du Shah aux États-Unis du début du XXIe siècle, l’amour naît, grandit, est blessé mais ne meurt jamais.

J’ai beaucoup aimé le style de Marjan Kamali et son sens de l’intrigue. Les personnages sont hyper bien campés, on tourne les pages en souhaitant comprendre les liens qui les relient les uns aux autres et dont on sent qu’ils sont bien plus complexes que ce qu’on pourrait croire.
La nuance dans la romance, l’attachement de Roya à son mari et sa lucidité sur son amour de jeunesse donnent de l’épaisseur à l’histoire et le retournement final happe le lecteur qui reposera le livre à regret.

Car comme le conclut le livre : « l’amour continuera à vivre, les jeunes gens continueront d’espérer, le combat pour la démocratie ne s’éteindra pas. Les livres, les mots, les lettres, l’espoir – tout cela n’a pas de fin. C’est un amour dont on ne se remet jamais. »

Votre avis est précieux !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s