La liste de mes ennuis·Presque rien...

La demoiselle et le troubadour – Roselyne Bertin

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

Rageot Editeur, merci pour ce très beau livre, à la couverture magnifique et à la si jolie histoire d’amour pour nos petites jeunes filles !

Mais vraiment, les passages ci-dessus dans un roman recommandé « à partir de 11 ans » étaient-ils nécessaires ? La jolie plume de Roselyne Bertin ne s’en trouve pas enrichie…

Auteurs, éditeurs, critiques, vous avez, nous avons le devoir d’élever nos enfants et de leur proposer de belles histoires adaptées à leur âge sans vouloir les faire entrer trop jeunes dans notre société hypersexualisée.

C’était le coup de g*** du jour !

Bonnes lectures !

Anne-Sophie

Au fil de mes lectures·La liste de mes ennuis

Les tribulations d’Aliénor en milieu étudiant (et parfois hostile) – Elisabeth Lucas

Lucas« 16h04. Je m’ennuie… !! Je m’ennuie. Dire qu’il y a vingt jours exactement, le 21 décembre 2011, date historique s’il en est, j’ai eu 20 ans, et que c’était la grosse teuf à la maison. Mon premier anniversaire surprise, organisé par mes parents, c’était tout mignon. Ils se sont un peu crus en soirée rallye, parce qu’ils ont surveillé de près la consommation de punch, mais bon, on n’est pas obligés de leur dire qu’une fois partis se coucher, Marie-Cécile a sorti de son sac une bouteille de chardonnay, et que même Isaure en a eu un verre. »

Chers petits rats de bibliothèque, vous commencez à me connaître, la section « La liste de mes ennuis » de ce blog est quasi vide. Lire la suite « Les tribulations d’Aliénor en milieu étudiant (et parfois hostile) – Elisabeth Lucas »

Au fil de mes lectures·La liste de mes ennuis

L’ordre du jour – Eric Vuillard

vuillard« Nous sommes un lundi, la ville remue derrière son écran de brouillard. Les gens se rendent au travail comme les autres jours, ils prennent le tram, l’autobus, se faufilent vers l’impériale, puis rêvassent dans le grand froid. Mais le 20 février de cette année-là ne fut pas une date comme les autres. Pourtant, la plupart passèrent leur matinée à bûcher, plongés dans ce grand mensonge décent du travail, avec ces petits gestes où se concentre une vérité muette, convenable, et où toute l’épopée de notre existence se résume en une pantomime diligente. La journée s’écoula ainsi, paisible, normale. Et pendant que chacun faisait la navette entre la maison et l’usine, entre le marché et la petite cour où l’on pend le linge, puis, le soir, entre le bureau et le troquet, et enfin rentrait chez soi, bien loin du travail décent, bien loin de la vie familière, au bord de la Spree, des messieurs sortaient de voiture devant un palais. « 

Comme tout régime politique – dictatorial qui plus est -, le IIIe Reich a fondé son image sur une propagande soigneusement construite et un discours officiel parfaitement huilé. Mais derrière cette façade pour l’Histoire, et peut-être encore plus que pour d’autres régimes, ce ne furent au début que cafouillages, intrigues, vulgaires négociations pour asseoir l’autorité d’Hitler et lui permettre de mener à bien sa prise du pouvoir. Lire la suite « L’ordre du jour – Eric Vuillard »

La liste de mes ennuis

Soumission – Michel Houellebecq

Houellebecq« Pendant toutes les années de ma triste jeunesse, Huysmans demeura pour moi un compagnon, un ami fidèle ; jamais je n’éprouvai de doute, jamais je ne fus tenté d’abandonner, ni de m’orienter vers un autre sujet ; puis, une après-midi de juin 2007, après avoir longtemps attendu, après avoir tergiversé autant et même un peu plus qu’il n’était admissible, je soutins devant le jury de l’université Paris IV – Sorbonne ma thèse de doctorat : Joris-Karl Huysmans, ou la sortie du tunnel. Dès le lendemain matin (ou peut-être dès le soir même, je ne peux pas l’assurer, le soir de ma soutenance fut solitaire, et très alcoolisé), je compris qu’une partie de ma vie venait de s’achever, et que c’était probablement la meilleure. »

Et nous, chère petites souris, nous comprenons assez rapidement que ce livre ne sera pas le meilleur que nous avons lu de l’année, loin s’en faut – d’où son classement (pour les plus attentifs d’entre vous) dans la catégorie « La liste de mes ennuis ». Lire la suite « Soumission – Michel Houellebecq »

La liste de mes ennuis·Presque rien...

De l’Harlequinisation des romans modernes…

Mes p’tites souris,

Pas de critique de roman aujourd’hui, même si la diatribe qui suit résulte de mes dernières lectures, à savoir, pour ne pas les nommer : L’Île du Point Nemo de JM Blas de Roblès, Ne lâche pas ma main de M. Bussi et Le retour du capitaine Emmett d’E. Speller.

Soyons très clairs : je ne pense pas être une jeune femme prude aux oreilles particulièrement délicates – même si j’avoue détester les blagues grivoises de mon marin de mari… – mais très honnêtement, j’ai été obligée de sauter des passages entiers des livres ci-dessus tellement j’étais mal à l’aise. Lire la suite « De l’Harlequinisation des romans modernes… »

Au fil de mes lectures·La liste de mes ennuis

Le héron de Guernica – Antoine Choplin

Choplin« La veille, après avoir quitté la gare, Basilio s’était aventuré au hasard, parmi les rues. Vers le soir, fatigué, il avait franchi les grilles du jardin du Luxembourg et s’était assis sur un banc, un peu à l’écart des allées. La nuit était tombée. Il avait fini par fermer les yeux, et sans doute avait-il dormi par instants, le coude posé sur sa valise, son carton à dessin sur les genoux. Plus tard, dans l’incertitude des heures, il avait guetté la venue du jour en frissonnant, les avant-bras ramenés contre le torse. Enfin, il y avait eu le chant des merles et des fauvettes juste avant le souffle balbutié de la lumière. C’était une drôle de journée qui commençait, se disait Basilio.« 

On ne pourrait mieux résumer ce livre qu’en citant ses premières phrases, chères petites souris… Tout y est : une très très jolie écriture – « l’incertitude des heures », « le souffle balbutié de la lumière », cela pourrait être un tableau impressionniste – un style étrange, ne marquant pas les dialogues mais les insérant au fil du texte, ce qui en rend la lecture un peu ardue, mais aussi et surtout une lenteur qui a provoqué chez moi un certain ennui. Lire la suite « Le héron de Guernica – Antoine Choplin »