La vie des autres

Qu’Allah bénisse la France – Abd Al Malik

AllahBonjour, bonjour !

Je vais aujourd’hui partager avec vous un article qui m’a littéralement emballée cette semaine, une superbe critique du livre « Qu’Allah bénisse la France », sur le blog Une chambre à moi que je vous recommande vivement d’aller découvrir, sauf si vous avez une pile de dossiers à écluser, une montagne de repassage à terminer, des enfants à nourrir ou tout autre tâche vitale à accomplir. Dans ce cas, n’y allez surtout pas ! Mais si vous êtes au milieu de l’Himalaya, sur une île déserte au milieu du Pacifique ou coincé dans un train pour cause « d’élément indépendant de la volonté de la SNCF » sans rien d’autre à faire pendant plusieurs heures, alors foncez, régalez-vous mais n’oubliez quand même pas de revenir ici après…

Bonne lecture !

J’ai vu il y a quelque temps la très belle affiche du film, qui va sortir en décembre prochain [article écrit en sept., le film est sorti depuis], inspiré du livre « Qu’Allah bénisse la France », d’Abd Al Malik.

J’avoue que, directement, j’ai eu des préjugés : je ne connaissais pas bien Abd Al Malik, mais pour ce que j’avais entendu de ses chansons, je le trouvais un peu trop médiatisé, un peu préchi-précha, limite donneur de leçons. Et comme je n’aimais pas trop le slam non-plus, ça ne m’a jamais donné envie d’en savoir plus sur lui.

Bref, je me demandais pourquoi on en faisait tout un foin. Lire la suite « Qu’Allah bénisse la France – Abd Al Malik »

Au fil de mes lectures

La clôture des merveilles – Lorette Nobécourt

cloture-merveilles« Ce matin-là tiède et pourtant venteux, au bord de pleuvoir, venteux pour H., au bord de pleurer, devant le saule qu’elle ne reverra plus, ni le puits dans la cour, ce matin-là, et quel vent du nord lui bat ainsi les cheveux et la cape, un instant les yeux levés vers le ciel, au moment de franchir le seuil, aperçu la masse sombre des arbres dans la clarté de la lumière – octobre -, et peut-être sont-ils immobiles comme les nuages suspendus qui laissent passer cet éclat soudain de soleil dans ses cheveux, et seul peut-être est-ce le vent de son coeur qui de sa peine lui bat les flancs ? Un de ces matins d’octobre comme H. n’en connaîtra jamais plus, avec sa petite main de huit années posée sur l’encolure de ce cheval qu’elle aime depuis toute sa vie. »

Voici une curieuse expérience littéraire, mes p’tites souris interloquées : en farfouillant chez mon libraire, à la recherche de quelque chose à me mettre sous la dent (il n’y avait plus que 2-3 livres sur ma table de nuit, je frissonnais à chaque fois que je la voyais si vide, la pauvre…), voici-t-y pas que je tombe sur cet ouvrage, sur un personnage dont je me souvenais vaguement pour avoir entendu son nom lors de mes études… Vous connaissez mon goût pour les biographies : le livre a aussitôt rejoint la pile que j’avais déjà dans les bras ! Lire la suite « La clôture des merveilles – Lorette Nobécourt »