Au fil de mes lectures

L’analphabète qui savait compter – Jonas Jonasson

Jonasson« D’une certaine manière, les videurs de latrines du plus grand ghetto d’Afrique du Sud étaient bien lotis. Après tout, ils avaient du travail et un toit au-dessus de la tête. Néanmoins, statistiquement, ils n’avaient aucun avenir. La plupart succomberaient jeunes à la tuberculose, à une pneumonie, aux diarrhées, à la drogue, à l’alcool ou à une combinaison de l’ensemble. Quelques rares  spécimens auraient le privilège de fêter leurs cinquante ans, ce qui était le cas du chef du bureau des latrines de Soweto, même s’il était usé par le travail et malade. Il avalait bien trop d’antalgiques avec bien trop de bière bien trop tôt le matin. »

Bonjour bonjour petites souris lectrices !

Vous en avez aussi marre de cet hiver pourri sans neige ? Marre aussi d’avoir trop de boulot ? Marre aussi que vos fils de 3 et 6 ans aient décidé qu’il était temps d’être des ados pénibles ? Marre aussi que votre fille de 2 ans refuse d’obéir en vous disant qu’elle est jolie ? Bon. Je connais ça. Voici une recette miracle pour retrouver le sourire – voire même le fou-rire – et alléger vos journées ! Lire la suite « L’analphabète qui savait compter – Jonas Jonasson »

Au fil de mes lectures

Entre Dieu et moi, c’est fini – Katarina Mazetti

Mazetti« Cette nuit, j’ai rêvé du mur. Ce mur auquel j’ai parlé tout au long de l’été dernier. « On a vraiment l’impression de parler à un mur » me disaient-ils après m’avoir soûlée pendant trois heures avec leurs trucs. Des trucs de merde, genre qu’ « on » ne sort pas à vélo quand il pleut des cordes et qu’ « on » ne donne passes vêtements aux autres. Et que même si je pense que mon répugnant prof de bio devrait se faire interner, c’est quand même lui qui me donne les notes qui vont rester dans mon dossier scolaire. »

Linnea a quinze ans, c’est « une lycéenne proprette, en bonne santé, bien nourrie, suédoise et même pas anorexique« . Mais elle a quand même besoin de s’enfermer dans le dressing de sa grand-mère, assise sur un coffre à chaussures, pour parler au mur tapissé de papier peint 70’s. Lire la suite « Entre Dieu et moi, c’est fini – Katarina Mazetti »