Au pays des enfants·Presque rien...

Pour que les souriceaux deviennent des rats de bibliothèque…

Enfants lisantMes p’tites souris chéries, en ce mercredi après-midi grisâtre et froid à souhait, nous allons aborder ensemble un sujet en rapport avec nos chers bambins, sur lequel on me demande souvent mon avis, des conseils ou autre recette miracle, à savoir (roulement de tambours…) « comment faire aimer la lecture à nos enfants ? ».

Sujet délicat s’il en est ! Et sur lequel, bien évidemment, je n’ai aucune expertise particulière, en dehors d’être mère de trois charmants monstres à qui j’essaye de transmettre mon amour de la littérature. N’étant donc pas qualifiée outre mesure, je me contenterai de vous faire part des choses qui ont fonctionné ici… ou pas ! Et n’oubliez pas que nous parlons, dans mon cas, d’enfants de 3 à 7 ans et qu’il se peut donc bien que je revienne dans quelques mois pleurer dans votre giron face aux livres fermés et abandonnés dans leurs étagères !

Dans l’article qui suit, je vous parlerai indistinctement de lecture, quelque soit l’âge des enfants, car il est à mes yeux très important de leur dire dès leur plus jeune âge que le fait de feuilleter un livre, c’est le lire.

Tout d’abord, et cela semble être une Lapalissade, pour que les enfants aiment lire, il faut qu’il y ait des livres chez eux ; dans mon cas, cela a sans doute confiné à l’absurde puisque j’ai acheté des livres à mes futurs enfants avant même qu’ils soient nés, et avant même d’avoir préparé leur chambre ou acheté la poussette ! (note to self : en parler à mon psy…) Bref. Un enfant entouré de livres, à portée de mains, sera forcément plus attiré par la lecture qu’un autre qui n’aurait des livres qu’à la crèche, ou à l’école.

Ce premier point entraîne presque automatiquement mon deuxième conseil : un livre est un objet avec lequel on vit. Il y a bien sûr les très beaux livres qui doivent être maniés avec précaution et lus avec les parents (ceux-là sont en haut de l’étagère chez nous), mais dans l’ensemble, laissez vos enfants les feuilleter comme ils veulent, où ils veulent, dans l’ordre qu’ils veulent – n’oubliez pas les droits du lecteur de Pennac ! Pour moi, il y a seulement deux interdits au sujet des livres : on ne les détruit pas (pas de pages déchirées, pas de livres brûlés, pas de livres jetés), et on n’écrit dessus que si ce que nous écrivons embellit le livre. Après, si une page est cornée, si il y a des traces de chocolat ou si les pages se détachent à force d’être lues, je soupire mais ne dis rien. Car je trouve qu’il n’y a rien de plus triste qu’un livre qui ne vit pas avec ses petits lecteurs.

D’où mon troisième point : faites en sorte, par votre exemple, que les livres soient au coeur de la vie de l’enfant, pas seulement en déco arty et intello sur une étagère en forme de vague. Il s’ennuie ? Ma réponse est toujours « prends un livre, on ne s’ennuie jamais quand on lit ». Une dispute éclate ? On donne un livre à chacun le temps de se calmer. Chez nous, le soir, on ne s’endort pas sans avoir lu un peu, et surtout, surtout, les enfants me voient lire à chaque instant libre. J’ai aussi instauré une règle (pour ma propre tranquillité, au départ, surtout !) qui est qu’on ne dérange pas quelqu’un en train de lire : ainsi, si j’ai un service à leur demander, et qu’ils sont en train de lire, je leur demande de terminer leur page/chapitre/livre, puis de m’aider et, inversement, on ne m’embête pas si je suis en train de lire.

Je vous parlais à l’instant de donner l’exemple de la lecture à vos enfants : à mon sens, il s’agit de lire devant eux, mais pas forcément avec eux. Déculpabilisez-vous là-dessus ! Prenez mon cas, par exemple : je déteste leur faire la lecture. Réellement. Je n’aime pas lire à haute voix, et la tradition de l’histoire du soir racontée aux enfants n’a jamais existé chez nous. En revanche, nous lisons ensemble : j’ai mon livre, ils ont les leurs, et je les laisse se raconter l’histoire qu’ils veulent en regardant les images. Bon, bien évidemment, de temps en temps je me force et je leur raconte la vraie histoire, mais ça ne me gêne absolument pas de les entendre raconter une histoire qui ne colle pas tout à fait au texte original… L’essentiel est qu’ils prennent l’habitude d’ouvrir un livre à n’importe quel moment de la journée.

Enfin, n’oubliez pas que, comme vous, il y a des styles de livres qu’ils aiment et d’autres moins. Votre enfant est dans sa phase BD ? Laissez faire, choisissez-en sur un sujet intéressant qui pourra le faire se tourner vers d’autres livres plus tard. Il ne s’intéresse qu’aux dinosaures ? Blindez sa bibliothèque de livres en tous genres sur le sujet, il y aura bien un jour où il se lassera ! (ou pas.) Il ne veut pas lire les classiques de votre enfance ? Pas grave, il y a de merveilleux auteurs pour la jeunesse contemporains.

Voilà, je ne sais trop que vous dire d’autre sur ce vaste sujet, mais si j’avais un dernier conseil à vous donner, c’est de lui montrer à quel point les livres sont un merveilleux moyen de s’évader, de voyager, de frissonner, de rire aux éclats ou de pleurer, de se faire de nouveaux amis, de les retrouver ou d’imaginer la suite de leurs aventures, lui dire que c’est un objet qu’on peut tout le temps avoir sur soi (et c’est une personne qui gère les couloirs du métro en lisant qui vous l’assure !) et qui nous trotte encore longtemps dans la tête une fois qu’on l’a fini.

Bonne journée !

Anne Souris

Dessin mère-enfants

20 commentaires sur “Pour que les souriceaux deviennent des rats de bibliothèque…

  1. Chère ASo,

    Comme je vous rejoins ! Quels précieux conseils qui trouvent en moi leur résonance!
    Toutefois, deux points sur lesquels mon opinion ou mon vécu se distinguent des vôtres : j’adore lire à voix haute et ma fille de douze ans me le réclame parfois ! Je lisais à mon aîné tout petit qui s’en souvient encore ( mon cadet, lui, c’est le rebelle qui avait un faible pour les albums sans texte ( son préféré est toujours sur une étagère de sa chambre :  » Où est Ben Laden ? » ( genre  » Où est Charlie ? » ) ;
    et, contrairement à vous, je n’aime pas lire dans les transports, j’ai besoin d’un cadre tranquille et feutré… Mais c’est probablement vous qui avez raison, c’est une capacité non négligeable que celle de pouvoir lire partout .
    J’ai adoré les classiques de mon enfance, pas mes enfants … Qui sait, un jour , petit-fils ou petite-fille …
    Et aussi, les livres étaient et sont toujours partout à la maison, posés sur les têtes de lit, sur un fauteuil, dans une niche, sur une table basse ou haute… Et j’avoue aussi mon petit snobisme : le livre intègre ma » déco arty et intello » , c’est le plaisir de l’esthète, plaisir des sens, intime et délicat et tant pis si c’est dans Elle déco …
    Je déteste en revanche les pages écornées et froissées mais reconnais qu’un livre doit avoir vécu. Mes soeurs et moi avons conservé les Martine jaunis et les bibliothèques Rose, Verte, Rouge et Or de notre enfance , les comtesse de Ségur, que de réminiscences précieuses!
    Enfin oui, petite, je tournais les pages avant même de savoir lire, et cela, ce plaisir tactile qui laisse mes pensées vagabonder, ce plaisir ne m’a jamais quittée !

    Merci pour cet article et merci de m’avoir permis de m’épancher ainsi …

    1. Chère Rina, mes enfants, heureusement pour eux, ont de merveilleux oncles et tantes qui leur lisent des histoires, j’espère donc qu’ils ne seront pas trop frustrés sur ce point !
      J’ai cru reconnaître mon intérieur en lisant votre description : chez moi aussi, les livres sont partout, même si ma bibliothèque est bien trop conventionnelle pour figurer un jour dans Elle !
      Quant au fait de lire partout, je ne pourrais pas m’en passer, mais cela m’a déjà fait rater ma station plusieurs fois… Comme quoi !
      Merci pour votre longue et si intéressante contribution à cet article !
      Bonne journée !
      PS : avez-vous lu la réponse de Fabien Lacouture dans l’article sur l’Île du Point Nemo ?

  2. Je viens juste d’y jeter un oeil: oui je comprends cette analyse, elle semble pertinente mais ne me donne pas pour autant envie de plonger dans ce roman …

    Ps: je vous assure que ma bibliothèque est on ne peut plus classique ! Je parlais de petites touches « arty » ici et là…Un jour, si l’on a le plaisir de se revoir, je vous montrerai des photos…

  3. Ton article est génial… Moi qui suis en train d’essayer d’avoir notre premier, c’est déjà un sujet qui m’intéresse 😉 je tiens à ajouter une chose… Ne jamais désespérer! J’ai toujours été entourée de livres et de lectrices et le réel intérêt n’est venu qu’après mes 15 ans 😉

  4. chere Ann

    Ici 4 enfants de 6 à 13mois
    Ils ont tjs eu bcp de livres , tous à portée de main
    Comme vous lorsqu’une dispute éclate je canalise en disant  » prends un livre et viens t’asseoir sur le canapé  » ça marche !
    Je n’ai jms eu besoin de leur donner le goût ils l’ont eu naturellement
    Ma CP lit seule ses livres dans son lit le soir
    Les autres ont leurs livres à feuilleter
    A la maison on se couche avec un livre !
    Mon 13mois débarque souvent dans le salon avec des livres, il tourne consciencieusement les pages, il y a pris goût !
    Pas de bibliotheque ici, je n’aime pas emprunter les livres, mais des razzia en vide Grenier, et cadeaux a noel aussi
    Le livre à une grande place ici et c’est parti pour durer !

    1. Merci Bénédicte ! Et quelles règles avez-vous pour les livres, vous qui avez encore des très petits chez vous ? Accepter un minimum de dégâts mais apprendre à les respecter ?

      1. Pas de règles précises
        Le 13mois a accès à bcp de livres mais pas ceux qui sont trop fragiles
        Les plus grands ne ravagent pas
        Bcp de livres ont été consolidés par du scotch
        Les enfants d’ailleurs m’apportent systématiquement les livres abimés pour que je les répare
        Mon 4ans a de superbes livres à tirettes sur les chantiers ou gros engins, ceux là sont interdits a mon 13mois

  5. Que faire alors avec un bébé de 9 mois, qui mange tout ce qui lui tombe sur la main? Impossible de laisser les livres (hormis ceux en tissus) parmi ses jouets, ils finiront dévorés! Pour l’instant je me contente de lui lire un livre le soir, j’ai l’impression que ça lui plaît, il essaie de tourner les pages.
    A partir de quel âge le laissez-vous lire lui-même des livres?
    Merci beaucoup pour votre réponse, et votre blog que je découvre avec plaisir!

    1. Bienvenue Ariane, et merci pour vos gentils compliments !
      Vous avez la bonne attitude selon moi : laisser à sa portée des livres qui ne craignent rien : en tissu, en plastique, ou en carton épais, le laisser les apprivoiser, tout en lui lisant de jolis livres qui vont doucement l’éveiller. Regardez en librairie (pour le coup, s’il mâchouille les livres, évitez la bibliothèque !!) ou dans des vide-greniers si vous ne trouvez pas de jolis albums en carton bien épais : tant pis si les coins finissent un peu abîmés, vous pourrez au moins les lui laisser sans trop de crainte. Et cette période là finit « normalement » assez vite !

      1. Ma fille a dévoré les livres au début , littéralement dévoré
        Il ne reste plus grand chose de ses premiers livres !
        Mais ça passe !

  6. Chère Anne Souris, quel joli article sur un sujet qui me tient à cœur !
    Je vous rejoins sur l’essentiel. Mais comme Rina, moi aussi j’aime le rituel de l’histoire du soir lue à voix haute. Je suis ravie de constater que ma petite Agathe, 10 mois, manifeste un plaisir évident lorsque je la prends sur mes genoux pour lui lire un livre.
    Et lorsqu’il déballe un livre de son paquet cadeau, mon fils s’exclame « Ouais, super, un livre ! » et demande qu’on le lui lise immédiatement. Pour l’instant tout cela me fait très plaisir, pourvu que ça dure… 😉

    Par ailleurs je vois que vous lisez une bio de Louis XV et je suis vivement intéressée de connaître votre avis dessus. Il se trouve que j’en avais cherché une voilà plus d’1 an, et que faute de dénicher la bonne référence, je m’étais orientée vers une (superbe) bio de Mme Campan, qui m’a ensuite amenée dans ma période Marie-Antoinette, entre les Mémoires de Mme Campan et la biographie magnifique de Simone Bertière. Mais je lis actuellement une aventure de Nicolas Le Floch (très bonne surprise, d’ailleurs !) qui se passe sous Louis XV, donc me revoilà au point de départ !
    Amicalement
    Bénédicte
    PS : très jolie photo en N&B, sont-ce 2 de vos souriceaux ?

    1. Chère Bénédicte, j’ai l’impression que la lecture n’est donc pas un problème chez vous !
      En effet, la photo montre (exceptionnellement) deux de mes loustics, que j’avais trouvés comme ça un soir où ils étaient sensés lire dans leur lit… J’avais donc pris la photo discrètement en zoomant un max d’où la piètre qualité… Mais elle me fait craquer !
      Concernant Louis XV (et en règle générale), je ne peux que vous recommander les excellentes biographies de JC Petitfils : elles sont d’une qualité remarquable, avec des précisions historiques et une explication du contexte économique et social passionnantes, très bien écrites dans un style rigoureux et fluide, bref, vous l’aurez compris, Petitfils est mon historien préféré !
      Mais les aventures de Nicolas Le Floch sont un moyen très sympathique de se familiariser avec l’ambiance du siècle des Lumières !
      A très bientôt !

  7. Chère Anne Souris,
    Merci pour votre réponse ; je suis très impatiente désormais de lire une biographie de Petitfils ! Et vraiment je vous admire, avec 3 enfants, de trouver le temps pour assouvir votre passion pour la lecture et d’animer votre blog !
    Bises
    Bénédicte

Répondre à Rina Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s